Ski de fond (de Vercors en Vasa..) Marcialonga

en 1985 et en 2006
                    
Ce dossard 2027 était celui de la MARCIALONGA 1985. La combinaison en lycra aux couleurs de Provence, fût à l'origine confectionnée en petite série pour des compétitrices "Crepsinettes" de Grenoble. Je l'avais rachetée à leur entraîneur lors d'un stage de ski à l'école de Prémanon dans le Jura. Soigneusement conservée et en excellant état, je l'ai ressortie non sans une petite émotion, pour l'édition 2006
Vingt ans après avoir arrêté le ski de fond de compétition, pour m'adonner dix ans avec tout autant de passion à la danse sportive, puis dix autres années aux musiques et danses traditionnelles, je me suis lancé le défi de me remettre en condition physique, de retrouver mon poids de forme d'alors, et de courir à nouveau cette fabuleuse MARCIALONGA de 70 kms dans les Dolomites Italiennes.

Loin devant toutes les autres, c'est la course qui est restée la préférée de beaucoup de skieurs de fond et ce, pour des tas de raisons; l'organisation, le décor des Dolomites, les statues de glace, l'enthousiasme de la population locale, la traversée des villages en fête re-enneigés pour la circonstance, l'arrivée dans le centre ville de Cavalese, l'accueil en général, tout concoure à en faire une course exceptionnelle. Elle est celle qui m'avait procuré de 1980 à 1985, les plus grandes émotions, les plus grandes jouissances.

A partir de juillet 2005, six mois de préparation, VTT + régime serré, contrôle journalier du poids, motivation drastique, m'ont permis de revenir aux valeurs de 1985, et ce, malgré l'âge du capitaine (et quelques gentilles langues résignées ou jalouses). La préparation à ski à été courte avec seulement deux fois deux journées à Autrans-Méaudre du Vercors, deux journées au Boréon de Alpes du Sud et les deux journées sur site, précédent la course. Mes randos VTT dans l'Estérel en solitaire et aussi avec le groupe "Danny" m'avaient pas trop mal préparé. Ma technique sur ski, a été retrouvée très vite, comme le vélo, "ça ne s'oublie pas". Mes fartages, puisqu'il s'agit d'une course en style "classique", j'ai pu les réaliser avec les produits sortis de la "boîte à outils" de l'époque, avec juste quelques compléments récupérés ici et là. Certes mes skis n'étaient plus dans le coup, Jean-Claude de Sainte-Maxime m'a passé une paire de "dynamic" peu servis, compatibles avec mes vieilles chaussures, et c'est partis pour l'aventure.

Le plus drôle c'est que malgré une qualité de neige peu "glissante", j'y ai réalisé à quelques minutes près le même temps qu'il y a vingt et un an....Mon ami Gilbert de St-Tropez (12 ans de moins) que je devançais en général de 5 à 15mn, me colle maintenant 35mn dans la vue, quels progrès il a fait en vingt ans de courses sur macadam et en "Trail"