Le gouvernement nouveau veut s'atteler Ă  Ă©ponger cette dette monstrueuse, et c'est super de bonnes intentions, mais...

N'oublions pas ce qui se passe autant en Grèce qu'en Espagne qu'en Italie, les bons peuples se rebellent et refusent violemment les différents plans de rigueur, ce qui mène très rapidement et logiquement à la déstabilisation des gouvernements.

Ce qui veut bien dire que les méthodes complexes qui consistent à trouver des fonds par des ajustements tarabiscotés vers la hausse d'une foule de petits impôts ne peut pas être la bonne, et le petit peuple sait très bien qu'une fois les impôts augmentés, même si le but du remboursement était atteint, ils ne seraient jamais baissés et que ça ne ferait qu'inciter les gouvernements à dépenser plus.

En fait tous les impôts, sont et resteront par définition des prélèvements douloureux et de les augmenter ne peut que provoquer ces réactions vives de mécontentement.

Or les dettes il faudra bien les rembourser ! Et de grappiller ici et là en mécontentant le moins possible revient à coller des cataplasmes sur des jambes de bois, et à rendre les assujettis anxieux et à les mettre sur la défensive !

Ne serait-il pas plus futé et gratifiant, de créer un impôt spécial et citoyen qui sur une période de trois à cinq ans, servirait à combler progressivement et judicieusement cette dette ?

Cet impôt "Éponge" devra être réparti à l'ensemble de la population au prorata des revenus et des avoirs de chacun, mais aussi d'une participation active des banques du pays qui se sont gavées de royalties depuis des lustres. D'un autre côté, les budgets annuels de l'état devront impérativement être non seulement équilibrés mais de préférence positifs sans ces paris ridicules de croissance mais avec l'escompte d'une baisse du produit annuel brut pour redonner du moral aux troupes et des résultats positifs.

Nos dirigeants en seraient-ils capables ? Je doute un peu sur le savoir-faire des comptables de l'état puisque ce sont bien eux, qui par leurs pratiques, nous ont menés jusque-là !