Des chercheurs en médecine viennent de découvrir que chez les personnes du sexe féminin il existait une importante différence de température des masses osseuses plus particulièrement prononcée au niveau du sternum et du haut des sept premières côtes.
Cette particularité fait que ces personnes soient obligées dès les beaux jours, pour stabiliser cette hausse de température de dévoiler à l'air libre le plus largement possible cette zone anatomique.
Ils ont observé aussi que chez ces personnes, et dès le plus jeune âge, cette hyperthermicité atteint très souvent les plateaux tibiaux et plus des deux tiers des fémurs.
La nature est trop injuste !