Les entreprises de recyclage touchées de plein fouet par la crise
Un grand titre en rubrique "l'Eco" du 17/11/2008
signé Philippe Issalis


Dans un monde qui avance et s'organise, il est clair que les bonnes décisions d'orientation des uns et des autres, génèrent fructification et développement.
Aujourd'hui, avec nos fabuleux moyens techniques, la vitesse de croisière de notre environnement a considérablement augmenté, et que de descendre en marche, est devenu dangereux au point de mettre sa vie en cause.
Il faudrait surtout avoir compris que de mauvais choix ou de mauvaises orientations condamnent immédiatement, et que les auteurs ont toutes les chances de se retrouver vite fait en déconfiture sur la touche.

Dans ces énoncés d'apparence calamiteuse, il n'y a pourtant pas de catastrophisme, ce ne sont que les simples règles naturelles et universelles de la vie. Les dinosaures ont disparu, ils dorment en paix, leurs erreurs ne font hélas que rarement école.

A la lecture de cet article bien étayé de Philippe Issalis, aux pertes subies par les entreprises de recyclage, je ne vois en premier lieu qu'une énorme faute de leur part.
Une évidence, des montagnes de matières conditionnées pour recyclage, sont expédiées à grands frais, vers la Chine (ou autre contrée lointaine où nul être n'ose tenter l'errance). Ces expéditions se font visiblement sans même une commande claire et ferme d'un industriel recyclant, sans contrat signé et sans garantie. A preuve que les "destinataires potentiels" se rétractant sans autre forme de procès, les expéditeurs se doivent de rapatrier les marchandises doublant ainsi les frais de transports engagés pour rien.
Bravo messieurs ! Belles opérations ! Ce genre d'erreurs ? Les mêmes que celles de nos fameux "trader", tout le monde joue à la roulette, tout le monde a vu à la télé qu'on gagne souvent ! Quand je pense que lorsque j'achète par correspondance, pour quelques dizaines d'euros de marchandises, que rien ne sera expédié avant réception complète de mon paiement...
Avec ces façons "professionnelles" de faire, Messieurs, le bord du chemin vous appartient. Votre façon de vous agiter est celle du moustique qui avait vaincu le lion de cette fable d'Ésope :

Le moustique vint trouver le lion et lui déclara : « Je ne te crains pas et tu n’es pas plus puissant que moi […] Si tu veux, je te provoque au combat. » Là-dessus, le moustique fit sonner sa trompette et s’élança pour le piquer sur la chair sans poil du museau. De guerre lasse, le lion qui se lacérait de ses propres griffes, finit par s’incliner. Ayant triomphé du lion, le moustique sonna la trompette, entonna un chant de victoire, et prit son envol. C’est alors qu’il s’empêtra dans une toile d’araignée – et tout en se sentant dévoré, il déplorait, lui qui affrontait les plus grands adversaires, de périr entre les pattes d’une bestiole aussi vulgaire que l’araignée.
Traduction Daniel LoazA

NB je reviendrais sur ces recyclages, il y a tellement Ă  dire, mais Ă  chaque jour suffit sa peine !