Il y a une quinzaine d'année, alors que j'étais un "familier" dans le Creps de Boulouris, j'y ai entendu et enregistré une réflexion étonnante pour moi de la part d'un responsable technique du service d'entretien.
Le Creps venait récemment de créer et aménager un terrain de golf. Depuis une hauteur dominant une partie du golf, le technicien scrutant l'étendue verte, déclare tout à coup : "Il va falloir traiter pour les lombrics"
Je me suis alors fait expliquer le pourquoi de cette remarque bien que clairement le terrain Ă©tait ou semblait en parfait Ă©tat.
En fait, le technicien avait simplement remarqué que quelques gabians (mouettes) tournaient au-dessus du terrain, et que, lorsque c'était le cas, elles recherchaient et se préparaient à attaquer pour capturer et se gaver de vers de terre.
Le problème c'est que lorsqu'une mouette détecte un lombric, elle se pose et du bec elle va creuser un trou jusqu'à une vingtaine de centimètres de profondeur, voire plus, pour attraper son lombric. Pour conserver le terrain en bon état, il convient donc d'intervenir avant que les dégâts ne commencent.

La question qui me tarabuste ; Comment font-elles pour détecter en vol, l'endroit précis où en creusant elles vont se faire un lombric ?
Question idem ; Comment a fait ce geai de passage dans mon jardin, pour deviner à coup sûr, qu'un raisin de ma vigne était mûr ? Ce qui m'a bien sûr informé et j'ai aussitôt cueilli cette grappe qui effectivement était mûre.
Décidément les oiseaux ont des perceptions que nous ne maîtrisons pas.