Commencez donc par ouvrir votre fenĂŞtre avant la lecture de cet article...
Ce bidon n'est pas passé sous les roues de mon véhicule, cette forme cabossée il l'a prise de lui-même, là ou je le range entre deux usages.

Il s'agit d'un décapant pour collage PVC que j'utilise assez souvent pour dissoudre avec grande efficacité les salissures anciennes de fioul et de fumées sur les électrodes en porcelaine et les métaux dans les brûleurs de chaufferie. (surtout pas les plastiques !)

je ne connais pas la teneur chimique de ce produit si ce n'est qu'il est de la même lignée en bien plus puissant que le déjà redoutable trichlore. En plus il est bien plus volatil et provoque rapidement des vertiges et des somnolences par inhalation.

Allo !?! Vous ĂŞtes toujours lĂ  ?

A plusieurs reprises au fil des années, j'ai fait remarquer à mes fournisseurs que ces bidons métalliques de produit toxique très très volatil avaient un système de fermeture pas du tout adapté et non étanche. (cause toujours mon bonhomme tu nous intéresses !)

Lorsque le soleil brille, l'intérieur d'un véhicule en stationnement est porté à des températures parfois supérieures à 45°. Le produit du bidon chauffe, s'évapore allègrement et met en pression le bidon qui se met à fuir en empoisonnant l'atmosphère d'un gaz irrespirable dans le véhicule du pauvre chauffagiste... D'où aussi une perte importante de produit pour "*que dalle".

Lorsque la nuit les températures baissent, le produit resté en vapeur au-dessus du liquide se condense, il met alors le bidon en dépression. Curieusement la fixation en plastique souple du bouchon devient alors étanche dans le sens entrant, et la dépression qui en résulte devient si forte qu'elle est alors capable de déformer le bidon vers l'intérieur, comme s'il s'agissait d'un écrasement.
L'astuce pour utiliser rationnellement ce produit pour en verser sur un chiffon en limitant les excès et éviter une évaporation intense pendant l'ouverture, c'est ce tout petit trou fait avec un clou dans l'opercule.
Elémentaire mon cher plombier ! il suffisait d'y penser...


* Étymologie de "que dalle" :
Du breton "dall" (« aveugle ») ou "dail" qui est issu du romani, langue tsigane (), dans lequel ce mot veut dire "rien du tout".
Tout Ă  fait entre nous, "dail" est plus plausible que l'aveugle qui lui, ne vaut que dalle bien qu'il n'y voit que dalle.